Des résidus de thé, vieux de 2.100 ans, ont été retrouvés en Chine permettant ainsi de repousser de plusieurs centaines d’années les premières preuves physiques de la boisson le plus consommée au monde, selon une étude publiée dans Scientific Reports.

Ces résidus ont été découverts près du mausolée Yangling, le tombeau du 4e empereur des Han qui a vécu entre 188 et 141 av. J.-C.

Un des récipients en céramique présentaient des traces de résidus végétaux, identifiés depuis comme étant du thé. « Notre étude révèle que les empereurs de la dynastie Han buvaient déjà du thé il y a 2.100 ans », précise un communiqué. « Et que la boisson a été introduite sur le plateau tibétain il y a 1800 ans ».

Une découverte précieuse: les feuilles de thé se conservent évidemment assez mal à travers les siècles et il est difficile de les identifier au milieu de restes totalement putréfiés.